Quels romans lire pour découvrir Istanbul à travers les époques?

J’adore lire! et depuis que j’ai posé le pied sur Istanbul, je me passionne pour cette ville extraordinaire, au passé si riche d’aventures… Alors tout en explorant ses quartiers et ses monuments, je m’adonne à la lecture de romans qui s’y déroulent.

Un même lieu, mais des noms et des époques différentes, avec leurs personnages charismatiques : de l’impératrice Theodora, à Atatürk en passant par Soliman le magnifique. Sans oublier tous les stambouliotes anonymes qui nous plongent dans le quotidien de ces byzantins, ottomans, turcs, arméniens, juifs… qui ont façonné la ville.

Voici donc une liste, évidemment non exhaustive, de mes livres préférés sur Istanbul. Rien de trop savant, ni de trop barbant! Au fil des pages, cela vous permettra de mieux vous repérer dans l’histoire de Byzance, Constantinople, Istanbul

Les romans sur Constantinople et l’empire Byzantin

  • Theodora, impératrice d’Orient – Guy RACHET :

Ce roman raconte l’ascension incroyable de cette jeune fille du peuple qui deviendra l’une des plus grandes impératrices byzantines, Theodora, épouse de l’empereur Justinien. A travers son histoire, nous est décrite la vie dans les rues de Constantinople et les intrigues du Palais Byzantin.

Les romans sur Istanbul et l’empire Ottoman

  • La chute de Constantinople – Edward GIBBON :

Ce livre n’est pas tout à fait un roman. Il s’agit de l’extrait de « l’Histoire du déclin et de la chute de l’empire romain » écrit par un historien du 18ème siècle. Mais ce récit historique reste agréable à lire. Il est bien sûr très documenté. Il m’a bien servi dans la rédaction de mon article sur le « 29 mai 1453 : la chute de Constantinople ».

  • Le Yatagan : L’Espionne ottomane – La Sublime Porte – L’ombre de Dieu – trilogie de Alain de SAVIGNY :

Cette trilogie se déroule en pleine apogée de l’empire Ottoman, sous le règne de Soliman le Magnifique! L’auteur nous fait voyager aux quatre coins de l’empire et sur la méditerranée. Le héros va croiser les plus grands personnages de cette époque, tels que Soliman, mais aussi Barberousse, le célèbre corsaire au service de Soliman, qui fera de la méditerranée un lac ottoman!

Pour la petite anecdote, lorsque j’ai choisi ce livre et que j’ai commencé à lire les premières pages, j’ai été sacrément surprise de découvrir que le héros de cette grande aventure est un petit provençal originaire du village… de mon enfance. Sacré hasard, qui a donné une saveur particulière à ma lecture 😉

  • Aziyadé – Pierre LOTI :

Un grand classique, indispensable! Pierre Loti est l’écrivain français le plus connu et le plus aimé des turcs. A tel point que l’on retrouve son nom un peu partout à Istanbul : rues, cafés, écoles, … jusqu’à la « Colline Pierre Loti » au fond de la Corne d’Or.

Aziyadé est son premier roman, qui tient plus du journal intime. C’est le récit de sa rencontre avec la jeune épouse d’un riche turc ottoman. Loti, marin français en permission à Istanbul est un jeune homme qui aime jouir des plaisir de la vie. Mais il s’installe pourtant dans ce quartier traditionnel ottoman où il tombe amoureux de la culture turque autant que de sa jeune Aziyadé.

  • Fantôme d’Orient – Pierre LOTI

Dans ce roman, Loti est de retour à Istanbul après plus de 10 ans d’absence. La mort de sa bien-aimée, il la sent dans son cœur. C’est pour lui, le temps de la nostalgie, à la recherche de la tombe où il pourra se recueillir.

  • Les désenchantées – Pierre LOTI

Voici Loti qui revient une nouvelle et dernière fois à Istanbul. C’est l’une de ses admiratrices, femme de harem tout comme Aziyadé, qui va entrer en contact avec lui. Rencontres clandestines dans une époque qui touche à sa fin…

  • La princesse morte – Kenizé MOURAD

Voici que le sultanat est aboli. Toute la famille impériale se voit contrainte à l’exil, y compris la toute jeune Selma qui n’est autre que la mère de l’auteur. Ce roman est donc le récit d’une histoire vraie, vécue par une jeune princesse déracinée, au caractère bien trempé, qui devra se reconstruire d’abord au Liban, puis en Inde et enfin en France.

Les romans sur Istanbul et la République de Turquie

Les romans sur le peuple arménien de Turquie

  • La Bâtarde d’Istanbul – Elif SHAFAK :

L’auteur aborde habilement un sujet encore polémique en Turquie. Elle nous fait pénétrer dans l’intimité de familles arméniennes et turques, marquées par les événements tragiques de 1915. Elle nous éclaire sur l’histoire de ces communautés arméniennes exilées à l’étranger et sur leur perception de la Turquie d’aujourd’hui.

Les romans sur la guerre d’indépendance

  • L’autre rive du Bosphore – Theresa REVAY

A la fin de la première guerre mondiale, l’empire ottoman est vaincu et démantelé. Les Alliés se partagent le gâteau. Les Turcs doivent vivre avec l’occupant Anglais, Français, Italien et surtout Grec. Ce roman se déroule dans ce pays en pleine guerre d’indépendance conduite par Atatürk.

Les romans sur les échanges de population

  • Le fil des souvenirs – Victoria HISLOP

Après la victoire d’Atatürk et l’indépendance retrouvée des turcs, des échanges de population ont lieu. Les 400 milles musulmans de Grèce sont envoyés en Turquie et les 1.3 millions d’orthodoxes de Turquie sont envoyés en Grèce. Dans son roman, Victoria Hislop nous raconte comment ce fait historique va bouleverser la vie des habitants de Thessalonique.

Les romans sur le sauvetage des juifs pendant la deuxième guerre mondiale

  • Dernier train pour Istanbul – Ayse KULIN

Ce roman aborde l’histoire peu connue des juifs qui, pendant la deuxième guerre mondiale, seront sauvés des nazis grâce à quelques diplomates turcs. Ces derniers feront extrader vers la Turquie des juifs de nationalité turque, mais pas seulement.

Les romans sur la Turquie des années 70

  • Le musée de l’innocence – Orhan PAMUK

Orhan Pamuk est l’auteur turc le plus connu en France, du fait de son prix Nobel de littérature obtenu en 2006. Pourtant, ses romans ne sont pas toujours très faciles à lire, voire même parfois indigestes… (J’avoue avoir eu beaucoup de mal à finir Cevdet Bey et ses fils!). Mais le musée de l’innocence m’a beaucoup plus. D’abord, parce que ce n’est pas un simple roman. Comme son nom l’indique, c’est aussi un musée que l’on peut visiter – gratuitement pour qui y vient avec son livre!

Donc une vraie expérience immersive dans la vie stambouliote des années 70!

Je vous en dis plus dans mon article dédié au musée de l’innocence.


Voici donc ma première sélection de romans que j’ai eu plaisir à lire et qui m’ont rendue moins bête 😉 L’Histoire de l’actuelle Turquie est très riche et finalement assez mal connue. Mais plus j’en découvre et plus j’ai envie de continuer… alors il est possible que cette liste se rallonge dans les prochains mois!

Vous trouverez très facilement ces romans dans votre librairie habituelle, en rayon ou en commande. Et pour les expatriés d’Istanbul qui cherchent à se les procurer en langue française, sachez qu’il sont quasiment tous disponibles en prêt à la médiathèque de l’Institut Français (au fond à droite, rayon des romans historiques sur la Turquie ;-))

Bonne lecture!