Et si on prenait un peu le large pour découvrir un pays tout proche de la Turquie, à peine à 2 heures de vol d’Istanbul et qui figure parmi les plus beaux du Moyen-Orient? J’ai nommée, la Jordanie!

Pendant 11 jours, nous sommes partis en famille et entre amis pour sillonner la Jordanie. Des sites bibliques autour de Madaba, aux eaux de la Mer Rouge à Aqaba, en passant par l’incontournable Pétra, le Désert du Wadi Rum et les eaux salées de la Mer Morte…

Voici donc mon carnet de voyage pour un circuit de 11 jours entre fin octobre et début novembre 2018 dans le Royaume Hachémite de Jordanie. Nous étions 2 familles d’amis avec au total 4 adultes et 4 enfants de 3 à 10 ans. Les tarifs que j’indique sont valables pour notre seule famille de 2 adultes et 2 enfants de 7 et 10 ans.

Première information et premier bon plan, avant de partir en Jordanie, assurez-vous d’acheter en ligne le Jordan Pass qui inclut le visa d’entrée et l’accès à quasiment tous les sites touristiques! Par contre, ne l’achetez que pour les adultes, car les enfants ne payent de toutes façons pas les sites. Donc pour les enfants seulement, vous devrez acheter le visa directement à l’aéroport lors de votre arrivée (40JOD). Pour le Jordan Pass, il y a 3 prix différents qui dépendent du nombre de jours que vous souhaitez consacrer à Pétra (nous avons opté pour 2j) et vous pouvez également ajouter l’entrée de Béthanie (pour nous, total de 83JOD par adulte).

Pour vos déplacements dans le pays, vous pouvez également installer l’appli OsmAnd sur votre téléphone qui vous sert de GPS hors ligne!

Jour 1 : Arrivée en Jordanie!

Comme dit précédemment, depuis la Turquie, la Jordanie est toute proche, mais pour bénéficier des tarifs les plus intéressants nous avons pris un vol Pegasus Airline via Ankara. Il nous faut donc un premier saut de puce de 45 minutes d’Istanbul à Ankara puis 2h d’Ankara à Amman (prix total : environ 1240€ aller-retour pour toute la famille).

Vu du ciel, nous sommes dépaysés dès notre arrivée. On constate tout de suite que la densité de population n’a plus rien à voir avec celle d’Istanbul! (10 millions d’habitants dans tout le pays, quand la seule ville d’Istanbul en compte 16 millions!) et que les terres sont très arides!

Pour nos déplacements, une voiture de location nous attend à l’aéroport (agence Omaish Rent a Car via la plateforme en ligne Car Flexi, environ 300€, kilométrage illimité).

L’après-midi étant déjà bien avancé, nous nous rendons directement à notre hôtel à Madaba, à une petite demi-heure de route. Nous resterons 2 nuits au Black Iris Hôtel (108€ les 2 nuits), qui est simple mais propre et bien situé pour explorer la ville à pied. Par ailleurs, le personnel est très sympathique.

Promenade dans le centre de cette petite ville jordanienne pour s’imprégner de l’ambiance… Les églises et musées sont déjà fermés (ils ferment assez tôt, surtout en cette saison).

Le soir-même nous dînons au restaurant Adonis, derrière l’église de Saint-Jean-le-Baptiste. Très bien! Belle salle et bonne nourriture typiquement jordanienne. Je déconseille par contre celui que nous avons testé le lendemain, le Hawa Restaurant, juste en face de l’église Saint-Georges et qui ne sert que pizzas surgelées et soupes lyophilisées!

Jour 2 : Madaba – Béthanie

Ce matin, comme tous les matins suivants, nous nous levons vers 6h, car ici le soleil se lève plus tôt, mais se couche aussi très tôt… Passé le changement à l’heure d’hiver, il fait nuit dès 5 heure de l’après-midi!

Donc on ne perd pas de temps et on démarre notre journée par la visite de Madaba, la ville aux mosaïques. Cette petite ville bien qu’à majorité musulmane compte la plus grande communauté chrétienne du pays, et un grand nombre d’églises s’y trouvent.

carte de Jérusalem et Palestine et Terre Sainte en mosaïque, église Saint-Georges de Madaba Jordanie

carte de la Terre Sainte en mosaïque, église Saint-Georges de Madaba

L’incontournable, c’est l’église Saint-Georges, qui est célèbre non pas pour l’église en elle-même, mais pour la mosaïque sur laquelle elle a été bâtie et qui représente la carte de Palestine. On y voit clairement la ville Sainte de Jérusalem, la Mère Morte, le Jourdain, et tous les lieux mentionnés dans la Bible. Cela en fait la plus vieille carte au monde de la Terre Sainte, datée du 6ème siècle!

On passe ensuite au Palais Incendié qui se trouve tout près mais qui ne présente pas grand intérêt, si ce ne sont les vestiges de l’église des Martyrs qui se trouve à l’intérieur. De grandes mosaïques bien conservées y sont visibles.

Un peu plus loin, nous visitons ensuite le Parc archéologique, où là encore de belles mosaïques sont présentées.

En marchant encore une quinzaine de minutes nous atteignons l‘église des Saints-Apôtres, connue pour sa mosaïque représentant la Déesse de la Mer Thétis.

panorama de Madaba depuis le clocher de l'église Saint-Jean le Baptiste en Jordanie

panorama de Madaba depuis le clocher de l’église Saint-Jean le Baptiste

Sur le chemin du retour c’est à l’église de Saint-Jean le Baptiste que nous nous arrêtons. Très intéressante car il est possible de grimper dans le clocher par un petit escalier étroit. Ce jour-là, une tempête de sable fait rage sur Madaba, ce qui est assez angoissant dans le clocher. Mais la vue sur la ville est assez grandiose malgré le sable qui limite la visibilité. Dans cette église vous pouvez également descendre en sous-sol voir les fondations de l’église, des mosaïques exposées et un salon bédouin…

Voilà pour notre visite de Madaba. Il y a encore d’autres églises et musées à voir mais nous devons prendre la voiture et enchaîner sur notre programme de la journée. Initialement nous avions prévu une halte au Mont Nébo mais avec la tempête on préfère repousser au lendemain.

site du baptême à Béthanie sur le Jourdain à la frontière entre Jordanie et Israël

nouveau site du baptême entre Jordanie et Israël

On file donc jusqu’à Béthanie, le site où Jésus aurait été baptisé dans l’eau du Jourdain par Saint-Jean le Baptiste. Site frontalier avec Israël, la sécurité y est renforcée et les visites ne peuvent se faire qu’accompagnées d’un guide. Un tour commence toutes les 30 minutes en prenant un minibus qui nous conduit dans un premier temps sur le lieu réel du baptême, à l’intérieur des terres jordaniennes. Le Jourdain ayant été dévié, il n’y a plus d’eau dans ce bassin historique, mais un nouveau a été aménagé juste à la frontière pour baptiser les pèlerins qui le souhaitent. Nous le rejoignons à pied. Les touristes venus depuis Israël sont juste à quelques mètres de nous… et dans le fleuve, des lignes d’eau permettent de démarquer la partie réservée aux baptêmes côté jordanien, et côté israélien. Il est évidemment déconseillé de tenter la traversée!!! Comme le temps a tourné à la pluie, c’est sous des trombes d’eau que nous avons été finalement « baptisés »!

En ressortant, la pluie s’est arrêtée mais le ciel reste gris. Nous avions prévu de nous baigner dans la Mer Morte depuis les hôtels qui proposent l’accès à la mer avec douches, pour des prix assez exorbitants il faut le dire (60JOD par famille). Mais malheureusement ou heureusement, pendant notre pause déjeuner avec vue sur la mer, nous avons vu se former de grosses nappes de boue. Nous avons donc cherché à reprendre la route pour descendre plus au sud et au bout de quelques kilomètres nous avons compris qu’il y avait eu des éboulements de terrain à cause des pluies, et nous l’apprendrons plus tard, un car scolaire a été emporté dans le ravin. Tragique événement qui nous alerte sur le fait que par temps de pluie, ou juste après, la route de la mer Morte est extrêmement instable!

La Mer Morte est le point le plus bas de la Terre et son niveau continue à baisser, mettant à nue des anfractuosités remplies de cristaux de sel. Sous l’effet de l’eau de pluie, ces cristaux se dissolvent ce qui entraîne l’effondrement de pans entiers de la falaise. Attention donc par mauvais temps, il vaut mieux changer ses plans!

Nous retenterons la baignade en fin de séjour lors de notre remontée d’Aqaba à Amman. Et vous verrez qu’en plus on a trouvé un bon plan pour se baigner dans la Mer Morte, gratuitement 😉

Jour 3 : Mont Nébo – Route des Rois (Umm Ar Rasas – Château de Kérak)

croix de gian paolo au mont nébo en Jordanie symbolisant le christ et le bâton du serpent d'airain de Moïse

croix du Mont Nébo

Ce matin, on a de la chance, le ciel bleu est revenu. Pas de tempête de sable à l’horizon. Donc on en profite pour retourner sur le Mont Nébo! Il s’agit du point depuis lequel Moïse, conduisant le peuple hébreux hors d’Egypte, aurait aperçu la Terre Promise. On y trouve aujourd’hui une église byzantine avec de très belles mosaïques, à ne pas manquer! L’église a été restaurée avec goût et modernité, dans le respect des vestiges de la première église, ce qui confère au lieu une ambiance particulière.

Depuis le point de vue panoramique sur la vallée, une magnifique croix en bronze stylisée, oeuvre de Gian Paolo Fantoni, représente à la fois le Christ et le serpent d’airain élevé par Moïse dans le désert pour protéger son peuple.

A 9h nous voilà déjà repartis du Mont Nébo pour rejoindre Pétra par la Route des Rois. Si l’on regarde sur la carte on a l’impression que l’on a largement le temps de faire un petit détours par Umm Ar-Rasas pour aller visiter le site archéologique. En réalité c’est une étape qui n’est pas très spectaculaire et que l’on aurait pu éviter, car la Route des Rois s’avérera tortueuse et longue. Toutefois, de ce site nous retiendrons la visite des vestiges de l’église Saint-Etienne qui à nouveau nous donne à voir de très belles mosaïques! Et l’église des lions où la mosaïque est encore dissimulée sous une couche de sable!

Route des Rois en Jordanie, point de vue sur le Wadi Mujib

point de vue sur le Wadi Mujib

Nous reprenons donc la Route des Rois qui, jusqu’à Kérak n’est pas très jolie ni agréable à conduire (il faut dire que les jordaniens adorent mettre des dos d’âne partout et que l’on a l’impression de ne traverser que des petits villages poussiéreux et des terres couvertes de déchets plastiques…). Le premier point de vue intéressant c’est le Panorama sur le Wadi Mujib (très beau! mais le vent souffle…).

Ensuite, nous atteignons Kérak pour une pause déjeuner mémorable! Devant le château de Kérak un monsieur nous aide à nous garer (devant son restaurant!) et nous empresse de nous installer dans sa salle et de commander vite vite notre repas, parce que peak season, il ne faut pas traîner… on commande donc ce qu’il nous conseille, et en moins de 5 minutes il revient avec un plateau qu’il nous jette littéralement sur la table (à nous de nous répartir nos assiettes) et comme un morceau de pain était tombé par terre, il nous le ramasse et nous le lance dans la corbeille! Expérience originale… mais au moins on ne perd pas de temps à table!

château Croisé de Kérak en Jordanie

Château de Kérak

Nous partons donc explorer le château de Kérak, construit par les croisés et qui surplombe une colline imprenable (ou presque). La visite est agréable. A certains endroits, la lampe torche peut être utile. Nous avions un très fort vent donc il y faisait un peu froid, mais la vue est très belle. Comptez 1 à 2 heures de visite.

Nous remontons dans les voitures, la fatigue commence à se faire sentir, d’autant que le soleil décline déjà. Dommage car c’est maintenant que les paysages sont les plus jolis. Nous assistons au coucher du soleil au niveau de la vallée de Dana (la li lala…). Et c’est donc finalement de nuit que nous atteignons – enfin – Pétra.

Nous dormirons 3 nuits à l’hôtel Seven Wonders de Pétra/Wadi Moussa (environ 350€ les 3 nuits). Encore une fois, un hôtel simple mais propre. Il y a une piscine mais l’eau est bien trop fraîche pour moi! Pour ce soir, le dîner se fait à l’hôtel. Un gros dodo et demain, en pleine forme pour Pétra!

Jour 4 : Pétra 1 (Monastère et tombes royales)

Enfin, nous y voilà! Pétra, le site le plus connu de la Jordanie… On peut y passer en coup de vent comme certains tours opérateurs le proposent, mais franchement ce serait bien dommage de ne pas y rester au moins un jour complet, si ce n’est plusieurs. Bien sûr, mieux vaut être en bonne condition physique et aimer randonner, car le site est immense et montagneux. Sinon, pour vous aider, il est toujours possible de louer les services d’une carriole, de chevaux, de dromadaires ou d’ânes (sachant que ce sont ces derniers qui seront les plus rentables, car les seuls à pouvoir vous faire grimper dans la montagne!)…

Siq ou canyon de Pétra Jordanie

siq

A l’entrée du site, pensez à prendre une carte avec les principaux sentiers de randonnée. Car si, sur les plus populaires, vous ne serez pas tout seul, il est aussi possible de prendre des itinéraires moins empruntés et pas forcément très bien fléchés…

Un premier tronçon vous permet de rejoindre le Siq, c’est à dire ce fameux passage très étroit dans les gorges du canyon. C’est ensuite sur le trésors – Al Khazneh que vous débouchez soudain pour un premier ravissement … Mais c’est aussi à cet endroit que vous croiserez le plus de touristes et de loueurs d’animaux en tous genres. Donc, quelques photos vite-fait et on continue la rando vers l’ancienne ville nabatéenne. De part et d’autre, des temples, un théâtre, des palais et sur votre droite les tombeaux des Rois que vous pourrez visiter en fin de journée quand le soleil illuminera leurs façades. De manière générale, pour bien optimiser ses journées à Pétra, il faut se référer au soleil!

monastère ou Deir à Pétra Jordanie

Monastère

C’est pourquoi ce matin, nous filons directement sur le Monastère – Ad Deir – en continuant toujours tout droit, puis sur notre droite en arrivant au pied de la montagne. A partir de là, la rando devient plus sérieuse. Comptez une grosse demi-heure d’ascension dans un paysage superbe! Une fois au sommet, on est récompensé par la découverte du Monastère, encore plus beau et impressionnant que le Khazneh! Un petit snack permet de se ravitailler, sinon le mieux est encore de prévoir un pique-nique pour le déjeuner (réservez auprès de votre hôtel la veille au soir, c’est le moyen le plus pratique et économique).

tombeaux des rois nabatéens de Pétra en Jordanie

Tombeaux des Rois

Après être redescendu du Monastère, c’est le bon moment pour aller sur les tombeaux des Rois nabatéens (juste les visiter, sans faire la randonnée qui grimpe au-dessus des tombes, nous y viendrons le lendemain!).

Voilà donc une bonne journée de marche qui se termine et bravo aux enfants qui ont bien suivi, sans rechigner!

Retour à l’hôtel et ce soir dîner au restaurant Al-Wadi qui nous a sert de bons plats jordaniens. Beaucoup de monde dans ce restaurant, donc il peut y avoir un peu d’attente.

Jour 5 : Pétra 2 (trails des tombes royales et place du sacrifice)

khazneh ou trésors tombeau nabatéen de Pétra Jordanie

Khazneh ou Trésors

On retourne sur Pétra en franchissant à nouveau le Siq, on passe devant le Khazneh et on emprunte le sentier de randonnée qui part à droite derrière les tombeaux des Rois. De grandes marches taillées dans la roche nous emmènent au sommet de la montagne, avec une vue plongeante au-dessus du Khazneh où des bédouins malins ont installé leur tente. Du coup, moyennant l’achat d’un petit thé bien mérité (mais pas donné!) on peut se faire une petite pause photo sur le bord de la falaise. Si comme moi vous êtes sujet au vertige, ça donne des selfies un peu crispés 😉 Il faut y être assez tôt le matin pour avoir le meilleur ensoleillement sur la roche.

trail ou randonnée de la place du sacrifice à Pétra en Jordanie

trail de la place du sacrifice

On redescend ensuite dans la vieille ville et on emprunte cette fois-ci le sentier qui monte sur la colline d’en face vers la grande place du Sacrifice. Là encore, les paysages sont incroyablement beaux! Arrivés tout en haut on peut voir ce qui servait donc à faire des sacrifices animaux aux Dieux et festoyer… Pour redescendre, au lieu de revenir sur vos pas, continuez tout droit. Le chemin est plus long mais encore très beau. Vous passerez notamment devant la tombe du soldat romain.

Fin de cette escale sportive à Pétra. On repart rincés mais très heureux, avec plein de belles photos en souvenir…

Ce soir, nous dînons au restaurant Al-Barakah, vraiment très bien. On y mange de bons plats jordaniens comme au Al-Wadi qui se trouve juste en face, mais pour moins cher et avec un accueil plus chaleureux.

Jour 6 : Wadi Rum 1

Nous partons ce matin pour le désert du Wadi Rum, situé à environ 1h30 de Pétra. Nous avons rendez-vous à 9h30 avec l’agence Jordan Tracks qui nous a concocté un programme adapté pour 2 jours et 2 nuits avec enfants (410 JOD, nuits et repas inclus).

Le Wadi Rum étant une réserve, il faut s’arrêter au Tourist Center à quelques kilomètres avant le village de Rum. Pour faire tamponner son Jordan Pass et être autorisé à passer, les policiers jordaniens vous demandent dans quel camp vous allez dormir et appellent votre agence. Il vaut donc mieux avoir sur soi les coordonnées de votre contact. Une fois ces formalités accomplies vous pourrez reprendre la voiture pour atteindre le village de Rum.

Notre guide bédouin pour ces 2 jours s’appelle Rachid et s’il parle parfaitement bien anglais, pour ce qui est du français son registre se limite à la comptine « Alouette » qu’il nous met à fond dans la voiture via son smartphone (on a beaucoup rit!). On grimpe donc tous les 8 pour une excursion dans le Wadi Rum à bord de son pick-up pendant que nos bagages sont envoyés directement au camp où nous dormirons ce soir.

En cette saison, à l’arrière du pick-up, il vaut mieux prévoir un bon gilet. Par contre à l’arrêt et au soleil il peut faire très chaud, donc adaptez votre garde-robe en conséquence! Pour les chaussures, avec tout ce sable qu’il y a dans le désert ( 😉 ) on peut carrément prévoir des sandales, ça évite de vider ses chaussettes toutes les 10 minutes! Et quel pied de dévaler les dunes de sable pied-nu!

grande arche de burdah dans le désert du wadi rum en Jordanie

arche de Burdah

Le Wadi Rum, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer d’un désert type Sahara, est une plaine sableuse, avec un peu partout des petites montagnes de roche rouge. Le paysage fait penser à la planète Mars (pour ceux qui y sont déjà allé!) et accueille d’ailleurs régulièrement des tournages de films de science-fiction. Des rumeurs courent sur le fait que le prochain Star-Wars est en tournage là-bas (ce qui pourrait être confirmé par le fait que les vols en montgolfière au-dessus du Wadi Rum sont actuellement interdits pour 40 jours…).

En ce premier jour nous avons donc fait les étapes suivantes : une grande dune de sable rouge, un canyon avec des inscriptions nabatéennes, une arche sur laquelle grimper, la maison où a séjourné Lawrence d’Arabie, une petite rando dans un canyon, le coucher de soleil depuis une autre montagne.

Le repas du midi a été pris sous une tente bédouine. Nous avions en entrée 3 gros paquets de chips (ce qui a ravi les enfants!), puis un plat à base de tomates et haricots en boîte avec une boîte de thon! Le tout était très bon, mais c’est vrai qu’on s’attendait à quelque chose d’un peu plus typique.

Le soir en revanche, nous avons été très heureux de découvrir notre camp bédouin! une dizaine de tentes disposées contre la montagne, avec une grande tente commune pour les repas. Nos hôtes nous ont joué un peu de musique traditionnelle et le repas a été cuit dans le sable. Ambiance conviviale autour du feu de bois… et superbe nuit étoilée avant d’aller se coucher sous une grosse couverture bien chaude! Pour ce qui est des sanitaires communs, c’est un peu rudimentaire mais pour 2 jours on peut s’en contenter 😉

Jour 7 : Wadi Rum 2

désert du wadi rum jordanie

désert du Wadi Rum

Deuxième journée à un rythme plus tranquille, on repart en pick-up dans des endroits beaucoup moins fréquentés que la veille. Petite ascension dans la montagne pour observer le panorama à la frontière avec l’Arabie Saoudite. Randonnée dans un canyon. Pause déjeuner en plein air (on ramasse du bois pour faire cuire notre boîte de macédoine 😉 ). Arrêt au rocher en forme de champignon. Et retour au camp.

Jour 8 : Wadi Rum – Aqaba

Ce matin on retourne à la civilisation, mais fini le pick-up! C’est en dromadaire que nous rentrons au village de Rum, pendant 1 grosse heure de promenade, ce qui est super fun mais on se casse un peu le dos quand même!

Après une petite heure de route on arrive sur Aqaba et ses 38 degrés au thermomètre! Cette station au bord de la Mer Rouge affiche une plus grande modernité que ce que l’on a pu voir jusque là, avec même un Mac Do! Donc pause déjeuner toute trouvée pour ravir les enfants.

On s’installe ensuite à notre hôtel qui se situe sur Tala Bay, c’est à dire à une quinzaine de kilomètres au sud du centre-ville d’Aqaba, juste en face des sites de plongée. Tala Bay est vraiment l’emplacement idéal si l’on souhaite profiter de la baignade et des plongées car rien qu’en snorkeling sur la plage de l’hôtel on a une quantité de coraux et poissons multicolores absolument incroyables!

Par contre, les hôtels sont toujours aussi chers… Nous avons réservé dans l’un des plus raisonnables (303€ les 2 nuits dans un appartement avec vue mer), tout proche de la frontière avec l’Arabie Saoudite, ce qui explique peut-être le nom curieux de ce Public Security Hotel! Les installations sont à première vue très biens (plusieurs piscines, plage privée, parc de jeux…) mais révèle un gros manque d’entretien et surtout pas de ménage dans les chambres (hormis le changement de draps)! Le personnel ne parle pas anglais ce qui complique un peu les choses.

En tous cas, on profite de la fin d’après-midi pour piquer une tête dans la mer. Et je dois dire que j’ai été vraiment impressionnée par les fonds marins… Murènes grises, poissons-lions, poissons-flûtes, poissons-perroquets…et bar-ra-cu-das! même les enfants ont pu en profiter avec leur masque!

Le soir, nous allons dîner à la très chic Marina de Tala Bay.

Jour 9 : Aqaba

épave du tank pour plongée dans la mer rouge à Aqaba en jordanie

épave du tank

Une journée dédiée à la baignade et aux poissons! Mais pour commencer, nous réservons le bateau à fond de verre Neptune qui se trouve dans la Marina de Tala Bay (20JOD par adulte, 15JOD par enfant). Pendant 1h30 nous remontons le long de la plage pour profiter d’un superbe spectacle. Le bateau est limité à une douzaine de voyageurs. Installés au fond d’une cale toute en verre nous avons une très bonne visibilité et le bateau passe vraiment très près des coraux et … des épaves! Car le clou du spectacle ce sont ces épaves qui ont été dépolluées et coulées pour satisfaire les plongeurs. Vous verrez donc un cargo, un tank et un avion!

Après le tour, nous allons sur la plage publique qui est assez bien aménagée (parasols en bois et douches disponibles). Pas de problème particulier pour se mettre en bikini en journée car il y a très peu de monde en semaine hormis des touristes occidentaux (les jordaniens arrivent plutôt en fin de journée pour pique-niquer et se baigner tout habillé et avec bouée!). Donc depuis la plage nous retournons faire du snorkeling sur les coraux et sur l’épave du tank (très facile d’accès car peu profond alors que le cargo et l’avion nécessitent de plonger en bouteille). Une carte de la plage est disponible dans les hôtels pour indiquer les spots de plongée.

Ce soir, c’est dans Aqaba que nous allons dîner dans un petit resto local de grillades.

Jour 10 : Mer Morte – Jerash – Amman

Grosse journée prévue avec le retour d’Aqaba vers Amman en passant par Jerash. Et comme nous n’avions pas pu profiter de la Mer Morte à l’aller, nous le rajoutons au programme! Du coup, au lieu de remonter par l’autoroute du désert, nous empruntons la route de la Mer Morte, qui au final ne nous prend pas tellement plus de temps. Nous avons été vraiment charmés par cette route que je recommande chaudement! On traverse d’abord des dunes de sable en longeant la frontière avec Israël puis, à l’approche de la Mer Morte on découvre ces immenses usines de Potasse (qui n’ont rien de très écolo!) où le sel forme d’épaisses croûtes. Ensuite la mer s’offre à nous!

Et c’est là que je vous reparle du bon plan mentionné plus haut, si comme nous vous souhaitez juste tenter l’expérience de flotter sur la Mer Morte, sans passer une journée à la piscine d’un hôtel qui vous aura facturé 60JOD par famille! Avant de se baigner, il faut savoir que l’important c’est de pouvoir se rincer avec de l’eau douce. Donc soit on paye un hôtel ou une plage publique avec douche (et plein de jordaniens qui matent…), soit on est malin 😉 Mon astuce c’est de s’arrêter au niveau de l’entrée du parc du Wadi Mujib. Facile à trouver, il y a un pont qui traverse à cet endroit l’embouchure de la rivière Mujib. Juste avant le pont, tourner sur votre gauche (quand on remonte vers le nord!) et garer votre voiture à l’arrache dans ce petit chemin caillouteux. Ensuite, une petite marche de 10 minute en descendant dans le lit de la rivière (attention, un peu escarpé, mais faisable même avec enfants). Il ne vous reste plus qu’à profiter de votre baignade en Mer Morte et ensuite, rinçage dans la rivière (et vous avez économisé l’équivalent de 2 repas pour votre famille!).

flotter dans la mer morte en jordanie

flotter sur la Mer Morte!

Attention à bien rester près du bord et ne pas dépasser 10 minutes, surtout pour les enfants, car la forte concentration en sel peut donner des sensations de picotement voire de brûlure. Si vous avez des bobos, évitez le contact avec l’eau! De même, ne mettez pas la tête dans l’eau et ne buvez surtout pas la tasse car le goût est vraiment immonde… à part ça, enjoy! Vous flottez sans effort, pieds et mains levées!!!

place ovale site antique de jerash ou gerasa en jordanie

place ovale à Jerash

Après cette petite pause d’une demi-heure nous poursuivons donc jusqu’à Jerash pour visiter les ruines de cette grande cité romaine. Il y a beaucoup de monde, à la fois cars de touristes et vendeurs ambulants qui vous alpaguent à l’entrée du site, mais à l’intérieur vous serez plus tranquilles. Comptez environ 2h pour la visite car les vestiges sont étendus et plutôt bien conservés. Des courses de chars sont proposées dans l’hippodrome mais pas au moment de notre venue. L’élément le plus emblématique de Jerash est certainement la place ovale qui est magnifique, surtout vue depuis le temple de Zeus!

Enfin, nous terminons cette journée en arrivant à la capitale, Amman, où la circulation devient plus chaotique (pire qu’en Turquie!). Notre hôtel, le Amman Pasha hotel (48€ la nuit), est situé en plein cœur de la vieille ville, juste entre la citadelle et le théâtre antique. Simple mais propre, on a particulièrement apprécié l’ambiance « auberge espagnole multi-générationnelle » de ce lieu très convivial! Sa terrasse sur le toit offre une vue plongeante sur le théâtre et il y a plein de petits animaux – lapins, tortue, cochons d’inde, canards… – qui se promènent un peu partout et que les enfants ont adoré caresser et nourrir 😉

Pour le dîner nous sortons en ville chez Ashem, bien connu des locaux comme des touristes. L’expérience est sympa et authentique. Énormément de monde, on vous installe à une table avec un sac plastique en guise de nappe, on vous apporte les mezze à partager et une galette de pain qui vous sert d’assiette. Une fois terminé, il n’y a plus qu’à replier le plastique pour tout débarrasser et passer au client suivant!

Jour 11 : Amman et retour Istanbul

vue sur amman depuis la citadelle, jordanie

vue sur Amman depuis la Citadelle

Jour du grand retour! Une demi-journée suffit pour visiter la citadelle d’Amman dont les ruines sont bien moins impressionnantes que Jerash, mais offre une jolie vue sur la ville. Ensuite, nous reprenons la voiture pour aller au musée archéologique. Très bien fait, ce musée propose au rez-de-chaussée de jolies pièces uniques comme des statues primitives et des rouleaux de la Mer Morte. A l’étage, une belle expo ludique pour les enfants comme pour les adultes présente les grandes choses réalisées par des musulmans (on y voit notamment des ottomans dont l’architecte Sinan).

Et voilà, direction l’aéroport d’Amman pour rentrer à Istanbul!

En synthèse…

Pour terminer cet article, et résumer en quelques mots

Ce que nous avons le plus aimé :

  • Les randos à Pétra. On va à Pétra évidemment pour voir le Trésors, mais ne ratez pas les autres randonnées. Pour ceux qui connaissent la Turquie, c’est un peu comparable aux paysages de Cappadoce mais où on aurait sculpté des tombeaux Lyciens!
  • Le désert unique du Wadi Rum. Prenez vous pour Lawrence d’Arabie dans ce décors de film et passez au moins une nuit sous la tente bédouine.
  • Les fonds marins de la Mer Rouge. Si vous aimez plonger que ce soit en bouteille ou en masque et tuba, bienvenus au paradis! Si vous ne pouvez pas nager, il est toujours possible de bien profiter grâce aux bateaux comme le Neptune.
  • Flotter sur la Mer Morte gratuitement! Une expérience que vous ne pourrez vivre qu’en Jordanie (ou Israël).
  • La gentillesse des jordaniens! Comme en Turquie, les gens sont très agréables et chaleureux, particulièrement avec les enfants… Il est vrai cependant que l’on a plus de contact avec les hommes qu’avec les femmes qui sont beaucoup moins « visibles ».
  • Un bon niveau d’anglais des Jordaniens y compris des bédouins (c’est d’ailleurs aussi vrai pour les touristes français que l’on y a croisé!).
  • Assez peu de touristes mais de qualité 😉 La destination étant assez chère et peut-être pas assez sexy pour les touristes « all inclusive » on y croise essentiellement des voyageurs éco-responsables, respectueux de l’environnement et des gens. Si vous êtes amateurs d’aventures tant humaines que sportives, la Jordanie est faite pour vous!

Les petits bémols

  • La vie chère! Le coût de la vie sur place est comparable à celui de la France. Le Dinar Jordanien – le JOD – est actuellement équivalent à 1,23euros! Manger au restaurant vous revient entre 30 et 50JOD pour une famille de 4. On se demande comment les Jordaniens arrivent à s’en sortir avec de tels prix car les gens que l’on croise dans la rue n’ont absolument pas l’air de rouler sur l’or. Par ailleurs, il y a très peu d’infrastructures publiques visibles et les routes sont en piètre état. En comparaison, la vie en Turquie est 7 fois moins chère!
  • Le manque de propreté… En Turquie on est habitués à voir les commerçants laver leurs pas de porte à coups de seaux d’eaux, les restaurants distribuent des lingettes pour se laver les mains avant et après les repas, et viennent débarrasser les assiettes et nettoyer la table avant même que l’on ait terminé de manger! En Jordanie, au mieux on a une boîte de mouchoirs pour s’essuyer les mains. Et le ménage dans les hôtels est assez sommaire. Les sacs et bouteilles en plastiques sont une vraie plaie pour l’environnement car on en retrouve partout aux abords des villes et au fond de la Mer Rouge… mais malheureusement ce n’est pas unique à la Jordanie!
  • Les repas et petits-déjeuners peu variés : la cuisine jordanienne est assez proche de la cuisine turque avec son houmous, ses kebab et brochettes ou ses pâtisseries, mais avec un choix plus limité (par contre, testez le mansaf et le maglouba qui sont typiquement jordaniens!). Il est évident que les terres arides de Jordanie ne sont pas aussi généreuses en produits frais que la Turquie. Du coup, c’est un peu décevant de se trouver dans le désert avec les bédouins autour d’une boîte de thon…
  • L’obligation de porter un pantalon pour les femmes malgré la chaleur! J’ai testé une demi-journée le short à Jerash et Amman et clairement on est très mal à l’aise. Les hommes vous regarderont comme le loup de TexAvery… et vous retournerez vite fait vous rhabiller! Donc prévoyez des pantalons légers type rando. Les T-shirts manche courte, ça passe. Pour la plage, privilégiez les endroits déserts.

 

 Si vous avez des remarques ou des questions, n’hésitez pas à me laisser un commentaire! Bon voyage en Jordanie!